Le projet des belvédères sur la frontière met en place un circuit transfrontalier pour raconter l’histoire du village avec le grand paysage – notre lac et nos montagnes – pour support. Les belvédères jalonnent ce circuit dans des endroits significatifs où histoire et paysage s’unissent au service de la mémoire. Des moyens didactiques modernes sont mis en place pour restituer ce patrimoine photographique, audio-visuel, architectural et paysager.

Ce projet ambitieux a été porté par les deux conseils communs de Saint-Gingolph France et Suisse qui y ont apportés leur soutien unanime. Les financeurs du programme ont souhaité soutenir Saint-Gingolph car notre village bi-national représente l’emblème de la coopération régionale et le projet des belvédères met en valeur notre culture, notre histoire et notre solidarité bi-nationale. Le projet les “belvédères sur la frontière” a été soutenu par le programme de coopération régionale Interreg V France-Suisse.

Les objectifs du projet sont riches et divers :

  • un projet d’aménagement coordonné et harmonieux des lieux de vie de notre village, qui met en valeur notre patrimoine paysager, le lac et les montagnes ;
  • des espaces de partage et d’échange pour tous les villageois : pour l’organisation de fêtes et de manifestations culturelles, pour tisser des liens entre générations, pour s’approprier des lieux significatifs et leur histoire, pour cultiver nos racines, pour faire découvrir le village aux enfants ;
  • une extension hors les murs de notre musée, valorisant notre patrimoine et appelant les visiteurs à parcourir notre village, à en découvrir les secrets, à y rester et y revenir ;
  • la promotion de notre culture bi-nationale et de notre histoire commune pour toutes les générations de notre village afin de renforcer notre cohésion.

Les communes comptent aussi sur le potentiel économique et socio-culturel de ce projet pour dynamiser Saint-Gingolph. Ce circuit, qui associe culture et activité en plein air, répond à la demande de nombreuses familles et touristes en quête d’une sortie originale, pour tous les âges et accessible en tous temps. Quant aux habitants, ils ont l’opportunité de redécouvrir leur village ou de s’y attacher profondément.

Pour s’adresser à un public plus large, on admet que le lien entre histoire et paysage doit être accessible à tous, librement et en tout temps. Le parcours doit aussi pouvoir s’effectuer à différents rythmes, selon les disponibilités des visiteurs. Un double niveau de lecture permet aux enfants de s’amuser et d’apprendre autant que leur parents. La multiplicité des approches peut contribuer à la réussite de cette évasion dans l’espace et le temps.

Vues sur la frontière (en cours de finition)

Le circuit des belvédères sur la frontière débute à cheval sur la frontière, sur le Pont d’en-Haut. Il constituait l’unique passage permettant aux attelages de franchir la Morge, la rivière-frontière, jusqu’à l’ouverture de la route du Simplon en 1811. A cheval sur la frontière, ce pont offre un double point de vue : on profite d’une vue en contre-plongée sur le Blanchard et le Vallon de Novel, tandis qu’en aval se dessine les ponts ferroviaires, routiers et piétons qui enjambent la Morge et se prolonge vers le lac.

A deux pas du pont, l’ancienne Prison, aux allures de sentinelle, se remarque par son bardage noirci par le temps et son inclinaison caractéristique. Le projet des belvédères prévoit sa restauration et l’aménagement de son intérieur, très exiguë, qui se prête bien à l’installation d’une ambiance sonore. C’est le lieu idéal pour rappeler les événements de juillet 1944, par exemple.

Le Pont et la Prison constituent des symboles forts au départ du parcours. Leur restauration marque le début du projet des belvédères sur la frontière, avec l’inauguration récente du Pont d’en-Haut rénové.

Place du Château (2018)

Le projet des belvédères sur la frontière s’inscrit dans la continuité des travaux de restauration du Château, puisqu’il propose la création d’un belvédère en gradin sis à proximité du bâtiment, offrant un dégagement sur les montagnes et sur le lac Léman.

Véritable plate-forme dans la pente, ce belvédère représente un lieu privilégié au coeur du vieux village, théâtre de la vie associative et des manifestations telles que la Fête de la Châtaigne, les marchés, les réceptions. Ce projet se doit fédérateur et identitaire pour les habitants. De plus, sa partie en contrebas intègre la nouvelle entrée du Musée des Traditions et des Barques du Léman.

Terrasses des Voiles, de la Route et du Rail

Situé au pied des versants abruptes de la rive sud du Léman, le village est un lieu de passage-clé, à cheval sur la frontière. Les nouveaux moyens de transport de la route et du rail ont transformé considérablement le visage de Saint-Gingolph : les murs de soutènement qu’exigeaient ces infrastructures ont peu à peu effacé les pentes plus ou moins régulières qui s’étiraient des forêts jusqu’au lac.  Cette nouvelle topographie en terrasses offre des points de vue étonnants, notamment sur le Port de la Bâtiaz, où les bateliers chargeaient les barques qui ralliaient les rives vaudoises pour le commerce.

Les Terrasses des Voiles, de la Route et du Rail, proposent une vision passé/présent des lieux qu’elles occupent. Jusqu’à leur forme et leurs matériaux, elles empruntent le vocabulaire lacustre : plancher et banquettes en bois, formes en étraves, «coques» pour s’abriter du bruit et des intempéries, ces terrasses sont requalifiées comme de véritables cocons de bien-être dédiés au paysage.

Image module
Image module
Image module

Belvédère des Hôtels 1900

Le nouveau parking côté France s’accompagne de la création d’un balcon, en surplomb d’une des plus belles maisons de maître du village. Ce belvédère nous renseigne sur l’importance des grands hôtels qui faisaient la réputation du village dans les années 1900 (Hôtel de France, Hôtel Belle-Vue, Hôtel du Lac). Photographies et cartes postales de ces bâtiments, qui mettent en scène des personnes en costume d’époque, peuvent illustrer cette séquence historique.

Image module
Image module

Belvédère de Lavaux

L’aménagement de ce belvédère est très attendu des habitants, car il permettra l’accès direct au quai depuis la rue Nationale. A l’origine, la grande pente herbeuse qu’il traverse faisait office de châble, par lequel on acheminait le bois au bord du lac.

S’il est un belvédère qui se construit entièrement à partir du paysage, c’est celui-ci : les lignes qui le composent suivent les axes de vue les plus significatifs, en direction des montagnes d’un côté, et des paysages de Lavaux de l’autre, classés au patrimoine mondial de l’Unesco.

La nuisance sonore de la rue Nationale est un défi pour l’installation d’un tel lieu de délassement. Pour y remédier, le projet propose de le construire en deux niveaux: au niveau de la route, le trottoir s’élargit généreusement, évoquant l’étrave d’un bâteau. Le mur qui l’accompagne déroule le panorama des montagnes, pointe sur les vignobles de Lavaux avant de mourir au niveau du sol. De là, le visiteur est invité à descendre une volée d’escalier pour profiter du calme, au creux d’une «coque» en bois agrémentée d’une banquette.

Comme les Terrasses des Voiles, de la Route et du Rail, le belvédère de Lavaux fait référence au milieu lacustre par le biais de ses formes et matériaux.

Image module
Image module
Image module

Belvédère de la Plage

Saint-Gingolph est classé «station touristique et climatique» depuis 1930. Ce belvédère évoque le volet des sports et loisirs lacustres qui ont fait la réputation du village, où règne un climat propice à ce type d’activité.

Le belvédère de la plage se dote d’un abri moderne, équipé d’une grande table de pic-nic et d’une banquette pour attendre le bus. Sa structure faite de «vide et de plein» crée des cadrages sur le lac.

Mais l’originalité de cet endroit est son coup d’oeil inhabituel sur la plage municipale, qui a inauguré en juin 2015 son nouveau restaurant. Des séquences plantées annoncent une halte ombrée pour les automobilistes.

Image module
Image module

Coût du projet

802’518 € HT pour la partie française du projet.

781’761.38 CHF pour la partie suisse du projet.

Co-financeurs pour la France

interreg-france-suisse

Le projet des “belvédères sur la frontière” est soutenu par le programme européen de coopération territoriale Interreg V France-Suisse” et bénéficie du soutien du FEDER (Fonds européen de développement régional)

cd-74-rouge

logo_region_ara

Co-financeurs pour la Suisse

interreg-france-suisse

Le projet des “belvédères sur la frontière” est soutenu par le programme européen de coopération territoriale Interreg V France-Suisse” et bénéficie du soutien de la Confédération.

confederation-suisse

canton-du-valais

logo                axa-assurances                la-mobiliere-assurances              st-gingolph-energia

Avec la participation de : Atelier Grept Sàrl • Banque Cantonale du Valais • Gilbert Bénet & Fils Sàrl • Bureau d’Etudes Géologiques SA • ECSA Fiduciaire SA • Favre-Duchoud Architecture SA • Fornage SA • Romande Energie SA • Sollertia SA • UBS SA